Index Volition


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Concept d'indifférence.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tyty



Nombre de messages : 412
Age : 27
Localisation : Essonne
Emploi : Etudiant en soins infirmiers
Date d'inscription : 16/03/2007

MessageSujet: Concept d'indifférence.   Mar 26 Aoû - 1:06

je me suis demandé ce que c'était que la vie. Tout le monde répondra « la question est trop vaste pour dire ce qu'est la vie », bref personne n'arrivera à répondre. Et pourtant ouvrez un dictionnaire et allez voir à « vie ». un dictionnaire est capable de vous dire ce qu'est la vie. Alors je sais pas ce que dit votre dictionnaire mais le miens dit ça « ensemble des phénomènes (croissance, métabolisme, reproduction) que présentent tous les organismes, animaux ou végétaux, de la naissance jusqu'à la mort ». En gros, voilà un beau résumé de le vie: grandir, manger, baiser. La question est simple (vous allez encore me prendre pour un détraqué de suicidaire), y-a-t-il réellement un sens à préserver la vie, c'est à dire de permettre aux gens de « grandir, manger, baiser ». La vie dans son ensemble n'est utile qu'à elle même, la vie ne sert à rien. Vous naissez, vous grandissez en bouffant, vous baisez, vous faites un gamin, vous crever. Bien! Qu'est-ce qui à changer? Rien, voilà, vous avez vécu, et au final, il ne s'est rien passé. Vous n'êtes rien. Vivant ou mort, vous n'êtes rien, vous ne servez à rien. C'est violent hein? Et vous allez surement répondre: « mais si je suis quelque chose, je compte auprès de mes proches, ils tiennent à moi, à ma vie ». Bien! Pourquoi vos proches tiennent à vous? Parce qu'ils veulent que vous puissiez grandir, manger, baiser, puisqu'apparemment la vie se résume à ça. Est-ce bien utile de vouloir absolument que tout le monde grandisse bouffe et baise. Tout ça n'a aucune valeur. Vous allez dire (je sais toujours ce que vous allez dire) « non mes proches tiennent à moi parce qu'ils m'aiment ». Ils vous aiment? Est-ce vous savez de quoi vous parlez? La question est qu'est-ce que l'amour? Avant de regarder dans le dictionnaire je vais vous donner une définition, qui à mon avis n'est pas fausse. L'amour est un sentiment provoqué par un ensemble d'interconnexion neuronale qui débouche sur la sécrétion de molécule provoquant une sensation agréable: l'amour. Vrai ou faux? Pour moi l'amour n'est que le fruit de la connexion de neurone. Ça vous trou le cul? Vos proches vous aiment uniquement parce que leurs neurones se sont connectés de telle ou telle manière. Autrement dit, l'amour n'est rien, vous avez l'impression que l'amour est quelque chose de grand, de fort etc... Mais en réalité c'est juste un courant électrique qui passe dans votre réseau neuronal. Je regarde dans le dictionnaire et la définition ne parle pas de l'origine physiologique de l'amour. Bref pour conclure, dans ce raisonnement, la vie est inutile et totalement négligeable quand à l'incidence qu'elle a sur le monde. La mort n'a rien à envier à la vie. C'est là que je voulais en venir. Finalement vivant ou mort? Quelle est la différence? Dans un cas vos cellules font des échanges chimiques, ce qui est appeler « vie » et dans l'autre cas il n'y a pas d'échange chimique. Peut-on décemment dire qu'il est mieux de faire des échanges chimiques que de ne pas en faire? Peut-on juger où nous de valeur positive ou négative des échanges chimiques? (C'est du n'importe quoi). Donc pour finir: on ne peut pas dire qu'il est préférable d'être vivant que mort puisque nous ne pouvons pas juger de la valeur positive ou négative des échanges chimiques.

En quoi mon raisonnement est positif? Regardez bien, vous avez l'impression que mon raisonnement n'est que négatif parce qu'en gros, il vous prouve que la vie n'est rien. Mais c'est ultra positif de pouvoir se dire ça. Si on se dit que la vie n'est rien alors on peut tout relativiser dans la vie. Imaginez une déception sentimentale, la perte d'un emploi, une agression, tout ça n'est rien puisque tout ça n'est que le fruit de la vie qui n'est elle même rien, ou qui n'est du moins pas plus que la mort. Ainsi en raisonnant comme ça, chaque événement de votre vie vous paraîtra négligeable puisqu'étant uniquement le fruit de connexion de cellules les unes aux autres. Voilà, votre femme, vient de vous quitter, pourquoi vous réagissez en étant triste? Parce que vos cellules sont connectées ce cette manière, rien de plus. Vous allez peut-être dire « oui mais je l'aimais », mais l'amour n'est rien d'autre que le fruit d'une connexion de cellule, l'amour n'est rien.

Au final le but est d'être indifférent à tout ce qui se passe dans sa vie, à n'attacher d'importance à rien. C'est, je dirais l'inverse de la religion qui donne de l'importance à tout, puisque « tout » est le fruit de Dieu. Ce concept d'indifférence peut largement être utilisé à des fins purement personnelles en trichant dessus. C'est ce que je disais plus haut: au moment où je suis heureux je vais attacher de l'importance à ce moment (alors qu'avec ce concept je ne devrais pas) et au moment où je suis triste je me rattacherais à ce concept pour relativiser. Il suffit de savoir à quel moment utiliser ce concept.

Ça vous inspire quoi?

_________________
----------------------------------TYTY--------------------------------------
----------------Le combat finit où la liberté commence-----------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
goldilox



Nombre de messages : 1088
Age : 37
Localisation : Reims
Emploi : Champion de bistrot
Loisirs : La bière !!!!!!!!!
Date d'inscription : 06/12/2006

MessageSujet: Re: Concept d'indifférence.   Mar 26 Aoû - 21:19

A première vue je pense que -1-tu formules mal ta question -2- tu mélanges indifférence et détachement. L'indifférence c'est quand rien ne te touches. Tu te fous de tout. Le détachement c'est quand tu arrives à prendre de la distance par rapport à qqch. Même si ça te touches tu arrives à relativiser, à remettre les choses dans leur contexte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tyty



Nombre de messages : 412
Age : 27
Localisation : Essonne
Emploi : Etudiant en soins infirmiers
Date d'inscription : 16/03/2007

MessageSujet: Re: Concept d'indifférence.   Mer 27 Aoû - 3:59

goldilox a écrit:
L'indifférence c'est quand rien ne te touches. Tu te fous de tout. Le détachement c'est quand tu arrives à prendre de la distance par rapport à qqch. Même si ça te touches tu arrives à relativiser, à remettre les choses dans leur contexte.

Mouai, je vois ce que tu veux dire mais il n'y a pas beaucoup de différence par rapport à ce que je dis dans le post.
Et sinon, dans le fond, vous trouvez que ça se tient ou que c'est carément bancale?

(Goldi je passe mon temps à te sucer tu pourrais faire de même, soit un peu fair-play. Merci. Malamati va encore dire que je suis gay) Shocked Shocked

_________________
----------------------------------TYTY--------------------------------------
----------------Le combat finit où la liberté commence-----------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
goldilox



Nombre de messages : 1088
Age : 37
Localisation : Reims
Emploi : Champion de bistrot
Loisirs : La bière !!!!!!!!!
Date d'inscription : 06/12/2006

MessageSujet: Re: Concept d'indifférence.   Mer 27 Aoû - 14:55

Moi je trouve que si ça change pas mal de trucs quand même. L'indifférence est lié à l'égoïsme. Par exemple tu es indifférent face au clodo qui te tends la main. Tu t'en fous de sa misère, c'est à peine si tu le vois, donc tu ne lui files pas un rond. Quand tu es distant, tu le remarques, tu as pitié, mais comme tu as du recul, tu sais très bien que ce n'est pas en lui donnant 1 euro que ça va changer sa vie, que lui seul peut résoudre ses problèmes.

Pour le début de ton speech, c'est vrai que la vie se résume en 3-4 choses : manger, dormir, se reproduire. D'ailleurs quand on est bourré, on ne vie qu'à travers ses 3 trucs (il faut rajouter aussi "raconter des conneries") Après, ce qui nous rend la mort si insuportable, c'est avant tout culturel. Par exemple notre culture judéo-chrétienne nous montre la mort comme une sanction, et non comme une chose naturelle. Ensuite, la mort des autres est toujours plus facile à accepter que la sienne puisqu'elle ne nous touche pas personnellement. Et puis, physiologiquement parlant, notre cerveau supporte tout sauf 2 choses : l'inconfort et l'idée de sa propre fin, ce qui induit l'instinct de survie. Naturellement tu vas éssayer de t'en sortir et ne pas te laisser mourrir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tyty



Nombre de messages : 412
Age : 27
Localisation : Essonne
Emploi : Etudiant en soins infirmiers
Date d'inscription : 16/03/2007

MessageSujet: Re: Concept d'indifférence.   Mer 27 Aoû - 18:05

Quand je parle d'indifférence c'est vrai que le je prend au sens personnel, c'est à dire: être indifférent à l'influence qu'ont les autres sur soi même. Le clodo dans la rue n'a pas réellement d'influence dans votre vie, vos amis, votre femme, votre famille, vos collègues ont réellement de l'influence sur vous. C'est en ça que je veux être "indifférent".
D'un autre côté en poussant le raisonnement à l'extrème (ce que je ne cautionne pas) en voyant le clodo on pourrait très bien se dire: c'est un amas de cellule tout comme moi qui ne vaut pas plus en étant vivant ou mort, je suis donc indifférent à sa situation: ce ne sont que des cellules connectées entre elles.

Cette conception considère l'Homme uniquement au niveau matériel: cellules. Parce que pour l'instant, l'Homme spirituel découlerait de l'Homme matériel c'est à dire que si nous existons de manière spirituel c'est parce que nos cellules sont connectés entre elles de cette manière. Le jour où nous aurons la preuve que l'Homme existe autrement que part cette amas de cellules (en gros le jour où on prouvera que l'âme existe) ce raisonnement tombera à l'eau parce que l'âme n'est pas matériel et ne découlerait de rien de matériel.

_________________
----------------------------------TYTY--------------------------------------
----------------Le combat finit où la liberté commence-----------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
goldilox



Nombre de messages : 1088
Age : 37
Localisation : Reims
Emploi : Champion de bistrot
Loisirs : La bière !!!!!!!!!
Date d'inscription : 06/12/2006

MessageSujet: Re: Concept d'indifférence.   Mer 27 Aoû - 21:57

Appelons un chat un chat. Tu décris du détachement. Si tu veux réfléchir et faire partager tes réflexions, il faut utiliser un vocabulaire adéquat et précis. Pour le reste, à mon sens ton raisonnement ne tient pas, tu bases ta démonstration sur une croyance, c'est-à-dire l'existence de l'âme.
C'est évident que nous ne sommes qu'un amas de cellule, mais nous valons bien plus que ça. Si tu veux réfléchir convenablement, il faut que tu remettes les choses à leur place. Pour reprendre l'exemple du clodo, tu peux considérer que c'est un amas de cellule, tout comme toi, mais c'est mal le considérer, tout comme toi. C'est un être humain, tout comme toi.
Il faut réfléchir avec ce que tu connais et ce qui est, sinon tu tournes en rond et tu t'égards. Peut-être que c'est l'âme qui est source de vie, pour le moment nous n'en savons rien et nous n'avons pas les moyens de le savoir, au même titre que l'existence de dieu, la vie extraterrestre, ou le moyen de changer l'eau en pinard. Nous ne pouvons au mieux qu'émettre des suppositions, au pire nous baser sur notre propre conviction, c'est-à-dire notre croyance en quelquechose qui nous plaît, notre croyance en une réalité qui nous ferait plaisir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tyty



Nombre de messages : 412
Age : 27
Localisation : Essonne
Emploi : Etudiant en soins infirmiers
Date d'inscription : 16/03/2007

MessageSujet: Re: Concept d'indifférence.   Jeu 28 Aoû - 5:53

goldilox a écrit:
c'est-à-dire l'existence de l'âme.

Non, justement mon raisonnement se base sur l'inexistence de l'âme et sur l'humain dans une conception purement "cellulaire". On s'est mal compris?

En fait je suis toujours ma même manière de pensée qui consiste à dire "dans le doute on s'abstient". J'ai un doute sur l'existence de l'âme donc je m'abstiens de croire en son existence. C'est en ça que pour moi l'Homme n'est qu'un amas de cellule.

Tu dis que nous sommes bien plus qu'un amas de cellule, mais alors que sommes nous de plus qu'un amas de cellules?
Tu dis que le clodo est un être humain tout comme moi, mais qu'est-ce qu'un être humain si ce n'est un amas de cellules?
Je veux juste ici que tu me "prouves" que l'humain n'est pas uniquement cellulaire. Que l'Homme est fait de cellule mais qu'indépendamment de ces cellules une "force" (une energie, une ame ...) vient s'ajouter.
Evidemment je pense que tu ne me prouveras rien du tout puisqu'il n'y a pas de preuve pour l'instant.

Donc au final moi je base sur une croyance mais toi aussi tu te bases sur une croyance en disant que l'Homme est plus qu'un amas de cellule. Je préfère utiliser mon raisonnement parce que je pense qu'il peut aider à affronter les évènements de la vie. Disons que mon raisonnement n'est pas plus bancale que tes contre-arguments.

cheers cheers

_________________
----------------------------------TYTY--------------------------------------
----------------Le combat finit où la liberté commence-----------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
goldilox



Nombre de messages : 1088
Age : 37
Localisation : Reims
Emploi : Champion de bistrot
Loisirs : La bière !!!!!!!!!
Date d'inscription : 06/12/2006

MessageSujet: Re: Concept d'indifférence.   Jeu 28 Aoû - 15:01

L'humain est caractérisé par sa conscience de lui-même. C'est ce qui nous différencie du reste du vivant.
Après hmmmm, disons que je me base sur du concret pour gérer ma vie car ce qu'il t'arrive tous les jours c'est du concret. Quand tu vas faire tes courses, quand tu vas bosser, quand tu vas boire une bière, quand tu fais cuire tes pâtes, quand tu te balades, quand te prends un rateau, quand tu apprends le décès de qqn, quand tu t'achètes le dernier Lorie, quand tu pars en vacances, quand tu postes sur ce forum.... Appelle ça comme tu veux, mais c'est ton quotidien. Moi je ne me pose pas la question de savoir pouquoi je suis différent du PC que j'utilise pour te répondre (parcequ'au fond je ne suis qu'un tas de cellules comme lui), pour moi c'est évident. Je pense donc je suis, comme dirait Descartes.
Après, tu peux développer n'importe quelle subterfuge pour endurer les épreuves de la vie, de toute façon on est tous pareil, on aime, on perd. Tu peux juste diminuer ta peine en acceptant ça. C'est dans l'ordre des choses. C'est notre société de "winner" qui nous conditionne à souffrir quand on perd qqch ou quand on rate qqch, parceque ça veut dire qu'on est un "loser". C'est une question de point de vue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Concept d'indifférence.   Aujourd'hui à 4:03

Revenir en haut Aller en bas
 
Concept d'indifférence.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Index Volition :: L'Extraverti :: L'Antenne Libre-
Sauter vers: