Index Volition


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Soldats fusillés pour l'exemple *V

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
goldilox

avatar

Nombre de messages : 1088
Age : 38
Localisation : Reims
Emploi : Champion de bistrot
Loisirs : La bière !!!!!!!!!
Date d'inscription : 06/12/2006

MessageSujet: Soldats fusillés pour l'exemple *V   Jeu 27 Sep - 20:41

Pendant la Première Guerre mondiale, en France 2 400 poilus auront été condamnés à mort et 600 fusillés pour l'exemple, les autres voyant leur peine commuée en travaux forcés. Ces condamnations ont été prononcées pour refus d’obéissance, mutilations volontaires, désertion, Délit de lâcheté ou mutinerie (surtout en 1917).
En 1914, les condamnés sont principalement accusés de s'être volontairement mutilés un membre (main, pied). Laisser sa main traîner au dessus de la tranchée était passible du conseil de guerre.
En 1915 et 1916, on assiste de plus en plus à des désertions, puis se développent deux formes de crimes :



  • Le refus d'obéissance devant l'ennemi. Cette dénomination issue de la justice militaire sera le prétexte à des condamnations totalement arbitraires notamment lorsque les généraux n'étaient pas satisfaits d'un repli de troupes ou d'une offensive échouée. On fusille alors des soldats pris au hasard, pour manque de combativité.
  • L'abandon de poste. Il s'agit de désertion dans la majeur partie des cas.

En 1917, les condamnations concernent des comportements collectifs. Les célèbres mutineries du Chemin des Dames restent gravées dans les mémoires tant par leur caractère exceptionnel que dans la répression qui suivit. Le Poilu ne refuse pas de se battre mais il refuse d'attaquer à outrance. A Craonne, plus de 100 hommes mourraient à la minute lors des sanglants assauts commandés par le général Nivelle. C'est à cette époque que Pétain décréta que les soldats condamnés à mort, plutôt que d'être fusillés, seraient passés par dessus le parapet de la tranchés, et livrés à eux-même dans le no-man's-land...
En 1918, en France comme chez les alliès, on constate un déclin des exécutions. En effet, les commandements militaires comprennent mieux l'état mental des soldats, les conséquences du "Shell-Shock", ce choc psychologique provoqué par les conditions de vie effroyables dans les tranchées (boue, rats, vermine, crasse, excréments, cadavres, puanteur...) notamment sous les bombardements intenses. (Par exemple, 5 millions d'obus sont tombés sur le chemin des Dames entre le 6 et 16 avril 1917)

Au tout début de la guerre, les militaires ont obtenu du gouvernement la présentation des prévenus devant le conseil de guerre sans instruction préalable. Début septembre 1914, le ministre de la guerre abolissait les possibilités de recours en grâce et en révision. De plus, Joffre réussit à imposer aux politiques, la constitution de cours martiales dénommées "les conseils de guerre spéciaux", qui devaient juger rapidement et durement pour l'exemple. Les prévenus était jugés par une "cour" composée en général du commandant de régiment assisté de 2 officiers. Ils votaient et la majorité scellait le sort du soldat. En cas de condamnation à mort la sentence était applicable dans les 24h selon les préconisations de Joffre. Ainsi les principes d'indépendance des juges, de débats contradictoires et enfin de recours ont été abolis. Sur les 600 fusillés pour l'exemple environ 430, l'ont été en 1914 et 1915. Devant les abus révélés par la presse et les associations, le parlement tenta d'attenuer cette justice expéditive. A la fin de l'année 1915, les conseils de guerre spéciaux seront supprimés. Enfin le 24 avril 1916, une loi permet d'atténuer et de controler cette justice militaire.
La famille du soldat fusillé pour l'exemple était doublement touchée du deuil. En effet la honte d'avoir eu un frère, un père, un époux condamné officiellement pour sa lâcheté était très difficile à supporter. Cela s'ajoutait inéluctablement au poids du deuil. Très peu, environ une quarantaine sur 600, ont été rétablis dans leur honneur dans les années 1920 ou 1930, à force d'acharnement et de courage de la part des familles de victimes soutenues par les associations d'anciens combattants et par la Ligue française pour la défense des droits de l'homme et du citoyen.
Dans son discours du 5 novembre 1998 à Craonne, à l'occasion du 80ème anniversaire de l'Armistice de 1918, le Premier Ministre de l'époque Lionel Jospin a souhaité que les soldats « fusillés pour l’exemple », « épuisés par des attaques condamnées à l’avance, glissant dans une boue trempée de sang, plongés dans un désespoir sans fond », qui « refusèrent d’être des sacrifiés », victimes « d’une discipline dont la rigueur n’avait d’égale que la dureté des combats, réintègrent aujourd’hui, pleinement, notre mémoire collective nationale ». Dans le contexte de cohabitation, cette initiative fut critiquée par le Président de la République Jacques Chirac et plusieurs représentants de la droite française... Sans commentaire...

La France avec environ 600 fusillés se situerait après l'Italie, qui a exécuté 750 de ses soldats, et avant la Grande Bretagne avec 306 fusillés dont le plus jeune exécuté durant la guerre, âgé de 17 ans. L'Allemagne qui avoue officiellement 48 fusillés (mais c'est un minimum) et le Canada avec 25 fusillés. Il y eut aussi de nombreuses exécutions dans l’armée russe. L'armée américaine fait état de seulement 11 exècutions et essentiellement pour des viols et des meurtres. Cela s'explique par le meilleur encadrement médical des soldats, plus au fait des questions de psychiatrie. Seules les autorités d'Australie refusèrent l’exécution de leurs soldats.
Le gouvernement britannique a en 2006, par voie législative, réhabilité les 306 soldats fusillés britanniques. Les cinq fusillés néo-zélandais ont été réhabilités en 2000, et les Canadiens honorés l’année suivante.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Soldats fusillés pour l'exemple *V
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour Dimitri Casali, les "fusillés pour l'exemple" n'ont eu que ce qu'ils méritaient.
» exercices québecois pour travailler la syntaxe.
» Calcul d'un DIF pour un CUI
» [Espagnol] Besoin d'aide pour le lycée
» documentation pour mémoire de fin d'étude

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Index Volition :: Le Consciencieux :: Le Passé-
Sauter vers: