Index Volition


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Dictateurs, criminels de guerre et justice *D

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
goldilox

avatar

Nombre de messages : 1088
Age : 38
Localisation : Reims
Emploi : Champion de bistrot
Loisirs : La bière !!!!!!!!!
Date d'inscription : 06/12/2006

MessageSujet: Dictateurs, criminels de guerre et justice *D   Jeu 14 Déc - 19:15

Et voilà, Pinochet est mort sans avoir été jugé, ses crimes seront impunis, les victimes de sa répression ne seront pas reconnues comme telles, et sont toujours officiellements "disparues"...

Des non-lieux en série, c'est ce que les près de 350 affaires lancées contre l'ancien dictateur Augusto Pinochet devraient connaître ces prochains jours. Seulement lorsqu'il est l'unique accusé. C'est donc la frustration qui domine le mouvement des droits de l'homme. «Il nous a manqué du temps», souligne Gonzalo Muñoz, dirigeant de l'Association des familles de détenus disparus. Des familles qui souhaitaient finalement à Augusto Pinochet, qui a fêté ses 91 ans il y a deux semaines, de nombreuses années à vivre encore. «Nous avons conscience, se console Gonzalo Muñoz, que la mémoire nationale chilienne a déjà jugé Augusto Pinochet comme il se doit.» Pourquoi donc la justice n'a-t-elle pas «fait son boulot», comme disent certains ?


Autre exemple en France : le procès Papon...

"11 juin 2004 : la Cour de cassation confirme la condamnation de Maurice Papon à dix ans de réclusion criminelle pour complicité de crimes contre l'humanité, prononcée le 2 avril 1998" et ce après plus de 20 ans de procédure.... Tout ça pour que ce brave monsieur sorte de prison quelques mois plus tard pour raison de santé.... A ce jour, ils se porte comme un charme....

Il en va de même pour les criminels de guerre en ex-Yougoslavie... Certains se cachent, d'autre se font cacher... Je suis allé en Croatie cet été (chouette pays, au passage) on trouve encore placardé dans toutes les boutiques des avis de recherches avec des slogans du genre "Traitre et vendu"... Milosevic a bien été jugé par le TPI, mais bizarement il meurt en détention quelques semaines après le verdict...
" Des doutes sur sa mort
Milosevic meurt au centre de détention des Nations Unies à Scheveningen, le 11 mars 2006 avant la fin de son procès. Les premières annonces indiquent que sa mort est naturelle. Il souffrait de problèmes cardiaques et d'hypertension. Toutefois une autopsie complète et des analyses toxicologiques ont été demandées afin d'établir avec certitude les causes de sa mort. Il avait déclaré au mois de février à ses avocats craindre un empoisonnement.

Son conseiller juridique, qui a montré un document de six pages, a affirmé que l'ancien Président a écrit une lettre la veille de sa mort dans laquelle il a affirmé que des traces d'un "médicament puissant" destiné au traitement de la lèpre ou de la tuberculose avaient été détectées dans son sang en janvier. Il y affirmait être très inquiet et avoir peur que l'on tente de l'empoisonner.

Selon le résultat du rapport d'autopsie publié le 12 mars dans la soirée, Slobodan Milosevic est décédé d'un infarctus du myocarde. "


On peut se poser cette question bien légitimement : la justice fait-elle preuve de laxisme, de lenteur, voir de complaisance, à l'égard de ces criminels ? Les sanctions sont-elles à la hauteur des crimes commis ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alessia
Invité



MessageSujet: Re: Dictateurs, criminels de guerre et justice *D   Jeu 14 Déc - 21:44

J'étais de celle qui ne furent pas déçues d'apprendre la fin de Pinochet, fin d'une ère assez macabre anti-socialiste. Mais Pinochet n'a jamais été jugé, car à quatre ou cinq reprises, ils le jugèrent pas en santé pour se présenter au tribunal. Ensuite, la bureaucratie chilienne, j'ignore comment elle est, mais si elle se retrouve à être comme tous les autres pays d'Amérique du Sud, c'est pas dans la rapidité de la F1 là. Là, quand môsieur Pinochet faisait du diabète, il est passé quand même à la cour martiale, mais pan, fallait qu'on y trouve des "problèmes neurologiques importants".

Pour moi, c'est une brute ce m'sieur geek
Revenir en haut Aller en bas
goldilox

avatar

Nombre de messages : 1088
Age : 38
Localisation : Reims
Emploi : Champion de bistrot
Loisirs : La bière !!!!!!!!!
Date d'inscription : 06/12/2006

MessageSujet: Re: Dictateurs, criminels de guerre et justice *D   Jeu 14 Déc - 21:48

Ce n'est pas la justice de son pays qui le pourquivait, c'est la justice espagnole il me semble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alessia
Invité



MessageSujet: Re: Dictateurs, criminels de guerre et justice *D   Jeu 14 Déc - 21:56

En fait, c'est le juge espagnol Guzmán qui a réclamé un mandat d'arrestations pour tous les Chiliens réfugiés en Espagne et qui demandait quelque chose. Pinochet a été arrêté à ce moment à Londres où il passait un traitement médical, Miss Thatcher a dû être des plus heureuses. Ensuite, je pense que le dossier a été transféré au Chili, d'où il a été assigné à résidence. En tout cas, je suis pas certaine Razz
Revenir en haut Aller en bas
goldilox

avatar

Nombre de messages : 1088
Age : 38
Localisation : Reims
Emploi : Champion de bistrot
Loisirs : La bière !!!!!!!!!
Date d'inscription : 06/12/2006

MessageSujet: Re: Dictateurs, criminels de guerre et justice *D   Mar 9 Oct - 23:22

Pour relancer le sujet, vendredi soir est passé à la télé un reportage sur les criminels de guerre de l'ex-Yougoslavie, et plus particulièrement 2 d'entre eux, les têtes pensantes de l'épuration ethnique, Ratko Mladic ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Ratko_Mladic ) et Radovan Karadzic ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Radovan_Karad%C5%BEi%C4%87 ).

Pour resituer les choses, à la chute du bloc de l'Est, les anciennes nationalités composant la Yougoslavie veulent reprendre leur indépendance et sont grosso-modo situées sur les territoires revendiqués.



Chaque Etat proclame donc son indépendance mais la Serbie, le cœur de la Yougoslavie, refuse cet état de fait. Dès lors, le gouvernement Serbe nationaliste de Milosevic va exhorter toutes les minorités Serbes disséminées au sein des nouveaux états à faire sécession. Des foyers de révoltes vont éclater en Slovénie (mâtés en 3 jours), en Croatie, et surtout en Bosnie-Herzégovine, où la minorité Serbe se regroupe autour de Radovan Karadzic et forme la république Serbe de Bosnie. Karadzic programme en particulier l'épuration ethnique des musulmans bosniaques et des minorités croates de Bosnie (pour faire simple) Pour se faire il est secondé par le général Ratko Mladic et ses troupes de choc, les tristement célèbres Scorpions Rouges. Ils se rendront coupable de nombreuses exactions (meurtres, tortures, viols…) notamment du massacre de Srebrenica, sous le regard des troupes de l'ONU impuissantes. 8000 musulmans (femmes, enfants et vieillards inclus) seront exécutés en 48h, et entassés à la hâte dans des fosses communes.
Recherchés par le TPI pour crimes de guerre et crimes contre l'Humanité, Karadzic et Mladic sont aujourd'hui toujours en cavale. Les services spéciaux du TPI savent où ils sont, ce qu'ils font, mais les opérations pour les prendre capotent à chaque fois au dernier moment, d'une part à cause des lourdeurs administratives et de problèmes diplomatiques entre l'Europe et la Serbie. (La Serbie souhaite intégrer l'Union Européenne, la condition étant de livrer Mladic et Karadzic, ce qu'elle refuse toujours) d'autre part, les 2 fugitifs bénéficient d'un fort prestige en Serbie. Le nationalisme serbe est toujours très vivace, et pour cause, les dirigeants actuels sont les mêmes que ceux de l'époque Milosevic... Ce qui garantie de facto une impunité pour les anciens criminels de guerre. Ratko Mladic par exemple vit à Belgrade au vu et au su de tout le monde, sans protection particulière, l'armée étant la colonne vertébrale du nationalisme serbe... Karadzic se promène seulement avec 2 gardes du corps et vit dans une relative sécurité. Le bruit court qu'il aurait négocié avec le TPI pour ne pas être inquiété, à condition qu'il quitte la vie politique...
L'autre problème qu'il se pose, c'est que le mandat de Carla Del Ponte (procureur général du TPI pour la Yougoslavie) expire en janvier 2008 et qu'il ne sera pas reconduit. Mladic et Karadzic ont donc fort peu de chance d'être traduit en justice, car plus aucune juridiction internationale ne sera compétente pour juger ces hommes...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dictateurs, criminels de guerre et justice *D   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dictateurs, criminels de guerre et justice *D
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La guerre des mondes: Les martiens d'Orson Welles le 30 octobre 1938
» La première guerre totale ...
» Les chariots de guerre
» Des propos qui choquent: sida ... justice immanente?!
» le billet de L'équipe de Sos Justice et Droits de l'Homme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Index Volition :: Le Contemporain :: Conflits & Contrastes-
Sauter vers: