Index Volition


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La nature de métamatière et la libération anticipée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Claude De Bortoli



Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 05/01/2009

MessageSujet: La nature de métamatière et la libération anticipée   Jeu 27 Mai - 16:54

Bonjour,



Le propre d'un humain est de vivre.

Pour vivre, il faut naître.

Pour naître, nous devons passer par l'étape gestation.

Avant la naissance, ce n'est pas encore un humain. C'est un foétus. Après la mort, ce n'est plus un humain. C'est un cadavre.

Si l'étape gestation est interrompue, si la naissance n'a pas eu lieu, il n'y a pas d'humain. Il n'y a pas mort d'humain. Il n'y a pas naissance d'un esprit.



La nature de matière se protège contre la non conformité par la souffrance et la mort. Pas de souffrance morale pour une libération anticipée. Elle n'est donc pas contre nature matérielle.



Le foétus d'humain n'a pas encore l'appellation humain. Pour avoir cette appellation, il doit passer par l'étape naissance.

Le foétus fait parti du corps de la mère au même titre qu'un membre ou un organe. Elle en dispose à sa guise en fonction de ses envies et de ses dispositions à condition qu'une libération anticipée ne provoque pas une naissance suivie d'une mort des plus innocente.

S'il y a naissance, il y a vie, il y a humain.

S'il n'y a pas naissance, il n'y a pas vie. Il y a gestation. Il y a foétus.

Un humain est un être vivant parce qu'il est né.

Un foétus n'est pas un être vivant parce qu'il n'est pas né. C'est un organe faisant partie intégrante de la mère. Un organe éphémère avec un ADN différent. Elle en dispose à sa guise selon ses instincts et ses dispositions.

Un foétus ne peut pas mourir parce qu'il n'est pas né.

Une libération anticipée n'est pas un infanticide. C'est une extraction. A condition que celle ci ne provoque pas une naissance humaine suivie de la mort d'un humain des plus innocent.

Au premier cri, au premier souffle, il y a naissance, il y a humain.



Une libération anticipée, à condition qu'il n'y ai pas naissance, n'a pas de répercussion dans la nature de métamatière.



Le foétus n'est pas un organe "normal" faisant partie depuis toujours du corps de la mère. C'est un organe éphémère. Un organe à part. Il est issu de la fécondation. Il est donc toléré par le corps de la mère moyennent des désagréments. Ce n'est pas une greffe. Il n'y a pas rejet. Les nausées sont une "douceur" par rapport aux effets d'un rejet. Le foétus s'accroche comme un organe. Il se génère à ses dépends puis se libère pour devenir un être humain. La venue de l'organe éphémère perturbe le corps de la mère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FJG

avatar

Nombre de messages : 46
Age : 26
Emploi : Etudiant en Licence 1 à Paris XI Orsay.
Loisirs : Biologie, Géologie, langues (anciennes et vivantes), Histoire, Géographie.
Date d'inscription : 13/01/2010

MessageSujet: Re: La nature de métamatière et la libération anticipée   Dim 30 Mai - 23:40

Bonjour à tous.

M. De Bortoli, permettez-moi d’apporter quelques critiques à votre raisonnement.
Vivre n’est pas le propre d’un être humain, mais celui d’un être vivant (d’où le terme d’être « vivant »). Nous sommes aussi vivants que la bactérie E.coli, le séquoia géant ou encore la méduse d’Echizen.
Vous posez là le problème de la définition d’un être vivant. Les spécialistes ne sont pas tous d’accord en ce qui concernece problème.
Voici la définition que je propose moi-même d’un être vivant, certains biologistes (comme mon prof de biologie cellulaire) ne seront pas d’accord avec moi. Et pour cause, j’aborde la question sous une problématique évolutive. (je précise que cette définition est la mienne, je n’ai pas été la chercher dans un livre ou autre)
Un être vivant est pour moi : une entité moléculaire (et notamment macromoléculaire) complexe, généralement en déséquilibre thermodynamique avec son milieu extérieur, mais capable d’interagir avec ce milieu afin de produire l’énergie nécessaire à son métabolisme (production de macromolécules, notamment des glucides et des protéines) et à sa reproduction.

Si on suit cette définition, un fœtus est un être vivant, et un virus aussi (c’est là que mon prof n’est pas d’accord). En fait, à partir du moment où on possède au moins une cellule (ou autre capside pour les virus), on est un être vivant.
Vous soulevez là en effet une autre question importante : le fœtus est-il un être humain (il est vivant, cela est certain)? Pour moi, la réponse serait oui, je considère que dès la fécondation nous avons un être humain. Pas complet, mais tout de même un être humain. Un fœtus vit car il effectue des fonctions biologiques, est en déséquilibre thermodynamique mais interagit avec son milieu extérieur etc... Mais il est déjà un être humain, même lorsqu’il n’est pas formé. Car il est certes encore en formation, non terminé, et ce jusqu’à l'âge adulte, mais il est tout à fait possible de le considérer déjà comme un être humain.
Le fœtus n’est pas non plus un organe comme vous l’écrivez, c’est un être vivant à part entière, car comme vous le remarquez, il a bien son propre ADN et surtout, son propre métabolisme.

Votre raisonnement est certes intéressant, mais mériterait d’être réfléchi plus en profondeur et raisonné à d'autres échelles que l'observation macroscopique.

Cordialement,
FJG.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claude De Bortoli



Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 05/01/2009

MessageSujet: Re: La nature de métamatière et la libération anticipée   Mer 23 Juin - 22:53

Une vie existe par elle même.

Un foétus libéré top tôt du corps de la mère, même avec un coeur qui bât, ne survit pas. C'est bien qu'il ne vit pas. Il se génére.

Il ne vit pas. Il existe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claude De Bortoli



Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 05/01/2009

MessageSujet: Re: La nature de métamatière et la libération anticipée   Ven 25 Juin - 22:35

Bonjour,



Le propre d'un humain est de vivre.

Pour vivre, il faut naître.

Pour naître, nous devons passer par l'étape gestation.

Avant la naissance, ce n'est pas encore un humain. C'est un foétus. Après la mort, ce n'est plus un humain. C'est un cadavre.

Si l'étape gestation est interrompue, si la naissance n'a pas eu lieu, il n'y a pas d'humain. Il n'y a pas mort d'humain. Il n'y a pas naissance d'un esprit.



La nature de matière se protège contre la non conformité par la souffrance et la mort. Pas de souffrance morale pour une libération anticipée. Elle n'est donc pas contre nature matérielle.



Le foétus d'humain n'a pas encore l'appellation humain. Pour avoir cette appellation, il doit passer par l'étape naissance.

Le foétus fait parti du corps de la mère au même titre qu'un membre ou un organe. Elle en dispose à sa guise en fonction de ses envies et de ses dispositions à condition qu'une libération anticipée ne provoque pas une naissance suivie d'une mort des plus innocente.

S'il y a naissance, il y a vie, il y a humain.

S'il n'y a pas naissance, il n'y a pas vie. Il y a gestation. Il y a foétus.

Un humain est un être vivant parce qu'il est né.

Un foétus n'est pas un être vivant parce qu'il n'est pas né. C'est un organe faisant partie intégrante de la mère. Un organe éphémère avec un ADN différent. Elle en dispose à sa guise selon ses instincts et ses dispositions.

Un foétus ne peut pas mourir parce qu'il n'est pas né.

Une libération anticipée n'est pas un infanticide. C'est une extraction. A condition que celle ci ne provoque pas une naissance humaine suivie de la mort d'un humain des plus innocent.

Au premier cri, au premier souffle, il y a naissance, il y a humain.



Une libération anticipée, à condition qu'il n'y ai pas naissance, n'a pas de répercussion dans la nature de métamatière.



Le foétus n'est pas un organe "normal" faisant partie depuis toujours du corps de la mère. C'est un organe éphémère. Un organe à part. Il est issu de la fécondation. Il est donc toléré par le corps de la mère moyennent des désagréments. Ce n'est pas une greffe. Il n'y a pas rejet. Les nausées sont une "douceur" par rapport aux effets d'un rejet. Le foétus s'accroche comme un organe. Il se génère à ses dépends puis se libère pour devenir un être humain. La venue de l'organe éphémère perturbe le corps de la mère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La nature de métamatière et la libération anticipée   

Revenir en haut Aller en bas
 
La nature de métamatière et la libération anticipée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nature de métamatière et la libération anticipée
» La nature de métamatière et la libération anticipée
» la nature de métamatière et la libération anticipée
» Chapelet de la libération ! Apporte de nombreuses guérisons et libérations.
» Le précieux ornement de la libération

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Index Volition :: Le Consciencieux :: Le Passé-
Sauter vers: